Bienvenue à tous!


Blog en cours de transformation, consacré au patrimoine industriel et aux explorations urbaines. (par G. KOZUBSKI)

Votre hôte

Votre hôte
...au départ d'une visite sur le site FCB à Lille-Fives.

vendredi 3 août 2007

Distillerie de Grugies. Introduction.

Contrairement aux précédents messages, je présente d'abord une série de photos sur cette distillerie bien mystérieuse: en effet, l'identification du bâtiment me pose de sérieux problèmes. La consultation d'une vieille carte IGN me permettra certainement de répondre à pas mal de questions et d'orienter mes recherches.

La village de Grugies est proche de Saint-Quentin, entre la voie ferrée ( vers Paris ) et la Somme. Village martyr durant la Grande Guerre, les archives de sa reconstruction intégrale signale le début de la remise en état de la "distillerie située Route de Chauny" en février 1930.

En effet, le site est à l'extérieur du village, à l'extrémité d'un chemin vicinal qui croise la Route de Chauny, actuellement à proximité de l'échangeur autoroutier de l'A26.
Comme vous pouvez le constater, le site est en très mauvais état: nombreuses parties effondrées, vitres brisées, toiture lacunaire, et seulement les restes de conduits métalliques de la marque Delta Neu.

A ce niveau, deux éléments permettent de dater la date des bâtiments et la fin de l'activité:
1. Une architecture qui rappelle les années 30, confirmée par les archives.
2. La marque Delta Neu est créée dans les années 60 à partir du groupe Neu: c'est le témoin le plus récent observé et un entretien m'a appris que la "distillerie" était à l'abandon depuis plus de 30 ans.
Un détail surprenant: la partie la plus récente est encore utilisée pour l'entrêpôt de grains de blé et est aérée par un système alimenté par un générateur électrique.

Dans la composition, on peut bien sûr distinguer la cheminée, ce qui semble être un silo enterré à l'intérieur de la grande salle et un étang artificiel recouvert aujourd'hui par la végétation. Une grande partie du site a été démolie et pour l'instant je ne suis qu'au stade des hypothèses quant à la fonctionnalité du site, et a fortiori sur sa nature.

Une sucrerie, la "Fabrique", associée à un château, comme cela semblait être le cas durant les débuts de cette industrie en Picardie, était autrefois située dans le village même. Terre de betteraves, il est possible de voir dans le site exploré une "dépendance" de cette sucrerie. Par ailleurs, la région est parsemée de bâtiments de l'industrie agro-alimentaire des XIXe et XXe siècles. A proximité d'une ville importante comme Saint-Quentin et sur une route stratégique, le site avait peut-être une vocation plus " départementale", dans le sens d'une concentration de la production d'une vaste superficie pour un marché plus "urbain" mais local, ce qui confirmerait son absence de jonction avec la voie ferrée proche, plutôt utile pour de exportations à grande échelle. La taille relativement faible du site va dans ce sens.

Je suis à l'heure actuelle perdue dans de nombreuses conjonctures. C'est néanmoins une occasion pour moi de découvrir une nouvelle branche industrielle et technique, la richesse d'une région en terme de patrimoine industriel rural et les associations qui le défendent, comme l'Association pour la sauvegarde de la sucrerie de Francières dans l'Oise et son travail d'inventaire ( http://perso.orange.fr/sucrerie-francieres/index.htm ). Cette exploration me confronte également au travil d'identification et d'historique d'un site délaissé et inconnu, ravagé par le temps, et des méthodes de recherches adéquates. Du boulot en perspective dont j'espère bientôt vous livrer les conclusions. En attendant, régalez- vous avec ces photos d'une belle fin d'aprem d'été!

5 commentaires:

Urbex10 a dit…

Belle explo
et surtout bien cool l'explication et la description du lieu!!!
Ca donne envie de faire un tour dans le coin

La brique rouge a dit…

:))

La brique rouge a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Xavier a dit…

Mec, Au dessus d'Estrées Saint Denis, il a une sucrerie du XIXèmé abandonnée, mais je crois qu'ils ont commencé à la vider.

Sinon, cette semaine, je peux te trimballer à Pontoise, dans une fabrique de levures en bordure d'Oise. Appelle moi si ça te tente.

La brique rouge a dit…

Bien sûr que ça me tente! Je t'appelle!